27.1 C
Lomé
19 août 2022
Le Nouveau Reporter

L’économie bleue du Togo pète la forme

« Se basant sur les statistiques de ces 3 dernières années à savoir 2016, 2017, 2018, nous pouvons dire que le Togo en 2016 a totalisé en Import, Export et en Transbordement, 13 983 587 tonnes. En 2017, 19 316 624 tonnes et en 2018, 22 118 175 tonnes. Soit une variance en pourcentage de 2017 à 2018 qui s’élève à 14,50%, ce qui démontre que l’économie bleue togolaise se porte très bien », se réjouit M. Adanbounou Akouété, le Directeur général de la société Antaser, dans une interview dans les colonnes de Togo Matin, ce lundi 27 janvier.

Le Togo pourra ainsi atteindre ses objectifs dans le portuaire, en l’occurrence dans domaine de l’économie maritime. « Étant donné que nous avons une plateforme logistique moderne, et le 1 er port en eau profonde en Afrique de l’Ouest. Il revient à nous en tant que société privée, acteur de la plateforme portuaire d’accompagner le gouvernement togolais dans la recherche de partenaires crédibles pour l’utilisation efficiente du Port », s’explique le patron d’Antaser.

Dans l’axe 1 de son Plan national de développement (PND), le gouvernement envisage de faire de Lomé un hub logistique autonome à destination des pays sahéliens et également d’encourager également l’industrialisation au Togo. le Port Autonome de Lomé, grâce aux investissements prévus, devrait mieux se positionner comme un centre sous-régional d’éclatement, de transbordement et d’approvisionnement des pays de l’Hinterland et des pays voisins au point de satisfaire les exigences de la compétition maritime internationale. Il s’agit principalement de tirer profit des atouts que lui confère sa position stratégique. Tout comme le port, toutes les infrastructures et les services de transport connaîtront des investissements pour soutenir la croissance.

Le gouvernement togolais consent dans des efforts louables « et particulièrement dans le secteur de l’économie maritime avec des réformes qui ont permis l’informatisation des services publics de l’Etat à savoir la Douane, le Port et les autres services privés en concession avec l’Etat tels que le Guichet unique (Seguce) et Antaser. La simplification des procédures administratives, la paix et la sécurité qu’offre notre pays favorisent le développement des activités portuaires », affirme M. Adanbounou.