24.1 C
Lomé
16 août 2022
Le Nouveau Reporter

Les « restaurants communautaires » face à l’épreuve du coronavirus

A cette période critique où le covid-19 bat son plein, plusieurs projets sont bouleversés. D’autres ont été carrément annulés à cause de la pandémie qui s’accentue ces derniers jours et continue de faire des victimes parmi lesquelles des décès. Qu’en est-il du programme « Restaurant communautaire », un projet qui permet d’assurer un repas quotidien aux personnes vulnérables du Grand Lomé à travers la distribution de repas chauds et de kits alimentaires, et à leur apporter des assistances et des conseils, notamment sur les questions d’hygiène, de santé et de vivre-ensemble ?

Le programme « Restaurant communautaire » est renouvelé chaque deux semaines sur treize (13) sites dans les préfectures d’Agoè-Nyivé et du Golfe. Face à la crise sanitaire en cours, les autorités sont obligées de prendre des précautions pour protéger les acteurs de ce programme qui constitue un grand soulagement pour les populations démunies.

Réaménagement du programme « Restaurant communautaire »

Le Covid-19 a été découvert sur le sol togolais en début d’année. Actuellement la crise sévit et touche tous les secteurs. 70 cas ont été révélés positifs et 03 décès sont déjà enregistrés. Face à cette situation, de plus en plus menaçante, l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb), en collaboration avec les acteurs de mise en œuvre et les communautés ciblées par les restaurants communautaires, réorganise autrement la fourniture des repas.

Le programme n’est pas suspendu. L’Anadeb et ses partenaires acceptent poursuivre l’opération dans le respect des mesures barrières et de la distanciation sociale éditées par le gouvernement. Une décision à laquelle toutes les parties prenantes ont adhéré, le 06 avril 2020. Elles se sont accordées sur la date (09 avril) de la prochaine opération et sur les nouvelles modalités pratiques de poursuite des restaurants communautaires.

« L’objectif pour nous, c’est de redéfinir de nouvelles modalités pratiques pour la poursuite de cette activité dans le contexte de la pandémie du Covid-19. Vu les restrictions qu’impose cette maladie, la vie sociale et économique subira immanquablement un coup. C’est donc le moment plus que jamais pour l’Anadeb de manifester la solidarité nationale (…) à nos cibles déjà vulnérables avant la pandémie, afin de soutenir leur résilience, pour qu’elles puissent passer cette phase de notre histoire commune sans beaucoup de peine », a expliqué la directrice générale de l’Anadeb, Mazalo Katanga.

Multiplication des sites d’accueil

Le gouvernement interdit les attroupements de masse en cette période de crise sanitaire. Afin donc d’éviter les attroupements, les organisateurs proposent de démultiplier les sites d’accueil des bénéficiaires, de suspendre la fourniture des repas chauds, de livrer les vivres dans d’autres quartiers ciblés dans des espaces larges où la distance minimale d’un mètre pourra être observée entre les personnes présentes. Ils prévoient de servir les personnes concernées sur invitation et suivant des horaires précises afin de limiter les effectifs présents au même moment sur chaque site. Il est également convenu de limiter les occasions de rencontre en ramenant à une fois par mois, au lieu de deux, l’ouverture des restaurants communautaires. Chaque mairie est priée de dresser, sur la base de ces orientations générales, une procédure concrète de mise en œuvre de la prochaine opération dans sa commune.

Des résultats encourageants

Initialement organisés par groupe de 500 personnes sur chacun des treize (13) sites du Grand-Lomé, les restaurants communautaires mobilisaient à chaque ouverture beaucoup de monde, des veuves sans revenus, des personnes handicapées et des personnes âgées ou atteintes d’une maladie chronique, bénéficiaires comme non bénéficiaires. Ils constituent, pour ces derniers, un cadre très convivial de rencontre, où les interactions humaines sont permanentes.

Huit (08) opérations ont été réalisées du 25 décembre 2019 au 27 mars 2020. Elles ont permis de fournir 25 832 repas chauds et 29 287 kits alimentaires de rations sèches composés de riz, de maïs, de gari, et d’huile. Elles ont touché une moyenne de 6 600 bénéficiaires issus de 149 quartiers du Grand-Lomé.

Les opérations ont été couplées avec des consultations médicales et les médicaments offerts par l’ONG Aimes Afrique à plus de 500 personnes sur le site de Nukafu, le 21 février 2020, les restaurants communautaires ont toujours animé des sensibilisations au profit des bénéficiaires, dont une, les 18 et 19 mars 2020, sur la prévention de la maladie du covid-19.