Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Lomé : la gestion des armes et munitions et le contrôle transfrontalier dans le Bassin du Lac Tchad, au cœur d’un atelier

Date:

Le Centre Régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) organise les 13 et 14 décembre 2023, à Lomé un atelier régional sur la gestion des armes et munitions et le contrôle transfrontalier dans le Bassin du Lac Tchad.

La cérémonie de lancement des travaux de cet atelier a été présidée ce mardi 13 décembre au nom du gouvernement togolais par le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Calixte Madjoulba.

Organisée avec l’appui financier de l’Italie et de la France, cette rencontre de deux jours réunira des participants de pays bénéficiaires dont le Bénin, le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad ainsi que des représentants de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) qui est un partenaire de mise en œuvre la Force multinationale Mixte (MNJTF), les experts de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), du Centre Africain d’Etudes et de Recherche sur le Terrorisme de l’Union Africaine(CAERT- UA) ainsi que de divers groupes de réflexion spécialisés dans le domaine de la paix et sécurité en Afrique.

La rencontre de Lomé envisage de renforcer les capacités des différents acteurs des pays bénéficiaires du projet et de partager les expériences en matière de gestion des armes et munitions et du contrôle transfrontalier afin de réduire la capacité des groupes terroristes à nuire aux communautés locales par l’acquisition des armes détournés et leur trafic transfrontalier illicite.

Divers aspects seront examinés avec attention, notamment la gestion efficace des armes et des munitions par les autorités compétentes selon des normes internationales telles que le Compendium modulaire de mise en œuvre du contrôle des armes légères (MOSAIC) et les directives techniques internationales sur les munitions (IATG).

“Les armes sont depuis longtemps considérées comme des principaux instruments et vecteurs de la violence exprimée au cours des multiples conflits qui ont fait rage sur le continent. Elles sont le nerf des groupes armés extrémistes et terroristes en pleine montée de puissance. Les conséquences humaines, sociales, économiques et politiques de cette prolifération anarchique des armes sont aujourd’hui bien connues des africains et de la communauté internationale des millions de victimes, des populations entières déplacées avec leurs cortèges de sueurs et de larmes, le phénomène des enfants soldats, en passant par le grand banditisme transfrontalier et urbain. Ces instruments de la mort sont en outre trafiqués à travers des frontières souvent poreuses et mal tenues” a relevé le ministre Calixte Madjoulba.

La coordonnatrice résidente a.i. , Dr Fatoumata Diallo se réjouit de la tenue de ces rencontres pour permettre aux pays frères et bénéficiaires du projet de partager leurs expériences en matière de gestion des armes et munitions et du contrôle transfrontalier afin de réduire la capacité des groupes terroristes et extrémistes à nuire aux communautés locales par l’acquisition des armes détournées et leur trafic transfrontalier illicite.

“L’organisation de cet atelier à Lomé montre à suffisance l’engagement du Togo à travailler de concert avec les autres pays pour maintenir la paix et la sécurité en Afrique. La prolifération, la circulation et le trafic illicites des armes à feu constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales. Ces menaces sont réelles et nourrissent les conflits et la criminalité internationale organisée qui sapent la sécurité, la cohésion sociale et le vivre ensemble dans nos Etats” a-t-il précisé.

L’extrémisme violent/terrorisme apparait comme une menace émergente pour les peuples et les nations africaines et seule une approche multidimensionnelle adéquate permettra d’endiguer ce phénomène dont le coût en termes socioéconomique et de gouvernance pour les pays touchés est significatif.

Il faut préciser que cette rencontre se tient dans le cadre du projet intitulé Renforcement des capacités pour empêcher l’acquisition d’armes et de munitions par des groupes extrémistes/terroristes violents dans le bassin du lac Tehad.

Le Nouveau Reporter
@: lenouveaureporter@gmail.com. Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société