28 C
Lomé
17 janvier 2021
Le Nouveau Reporter

Togo : 9 braqueurs aux arrêts “grâce” aux indices laissés sur les lieux de crimes

 

La Police nationale a présenté ce jour à la presse, neuf (9) présumés braqueurs, tous d’origine nigériane. Des arrestations rendus possibles grâce à une enquête ouverte suite à la série de braquages perpétrés dans la ville de Lomé depuis le mois d’août passé note “Togobreakingnews”.
Selon les recoupements faits par la Police, ces malfrats ont été arrêtés grâce à l’exploitation des informations relatives, d’une part, aux butins et, d’autre part, aux indices laissés par les braqueurs sur les lieux de crimes. Cela a permis de les retracer jusqu’à leur cachette: hôtel sis à Kpogan. Un dispositif de surveillance mis en place autour de cet hôtel a permis, d’y repérer le 21 novembre dernier les nommés NWACHUKWU Chinemeren alias Boma, OBUMNEKE Nnabuo alias Obu et TOCHUKWU Igwe.
Les autres membres du réseau étaient planqués dans un hôtel situé à Avepozo. Il s’agit des nommés OKWARA Timothy Délé et AGUOBUO Chigozie alias Oboy.
Ils ont été interpellés le 23 novembre dans un ghetto à Avépozo en compagnie des nommés NWAKPA Timothy alias Friday et AHAMEFULE Ifeanyi avec qui ils planifiaient un autre braquage à Lomé.
« La descente dans l’hôtel sis à Avépozo (Ndlr) après leur interpellation, va permettre d’y retrouver et d’interpeller deux autres membres du réseau : les nommés OLUZOR Chibbuko et ONUORAH Peter. Les perquisitions ont permis de découvrir, un pistolet automatique avec son chargeur et douze (12) munitions de 9mm, ainsi que trois motos utilisées par ces braqueurs pour opérer. La fouille minutieuse des motos a permis de retrouver, un second PA, soigneusement dissimulé dans le siège de l’une d’elles », indique la Police togolaise.
Outre les neuf personnes interpellées, la Police a pu mettre la main sur 2 Pistolets Automatiques avec des munitions, et les trois motos. Ces individus sont membres de 3 groupes différents d’un même réseau basé au Nigeria, et qui opèrent à Lagos, à Lomé et à Abidjan.
« Un groupe arrive du Nigeria, passe une semaine dans les environs de Lomé, organise un ou deux braquages et quitte le pays laissant la place à un nouveau groupe. Les nommés ONUORAH Peter et ALUZOR Chibbuko ont formellement reconnu être les auteurs de deux braquages », a informé la police qui précise qu’il s’agit du braquage du 12 novembre à Nukafu où les malfrats ont emporté 2 millions Fcfa et de celui du 21 novembre 2020 à Djidjolé avec 4,2 millions emportés. Sept suspects en fuite sont activement recherchés.

Mode opératoire
Ces groupes de malfrats seraient à l’origine de plusieurs cas de braquages. Pour arriver à leurs fins, ils forment deux binômes et se mettent à dos en croupe de deux motos. Un des leurs s’introduit à l’intérieur d’une banque pour surveiller les clients venus faire des retraits de somme importante d’argent, pendant que trois autres attendent sur les motos, pas très loin de la banque.
Une fois que le complice à l’intérieur de la banque identifie une victime cible, il appelle ceux qui sont à l’extérieur pour la leur décrire. Un premier binôme à moto, prend la victime décrite en filature. Quand celui qui se trouve dans la banque rejoint son binôme sur la moto, ils suivent eux-aussi, les premiers.
Arrivés à un endroit qu’ils jugent propice pour leur forfait, ils n’hésitent pas à braquer leur victime. Ils la dépossèdent de son argent, et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur elle en cas de résistance ; ou même sur quiconque tente de lui porter assistance. Après leur crime,ils replient vers la zone de Baguida, Avépozo, Kpogan, ou Agbavi. Le fruit de leur crime est ensuite partagé entre eux, et transféré sur des comptes au Nigeria, via les services de transfert d’argent à Aflao.

En dehors des 9 malfrats interpellés, les gérants d’hôtels et auberges sont incriminés par la police qui annonce qu’ils seront déférés devant le Procureur de la République pour répondre de leurs actes.