25.1 C
Lomé
28 septembre 2021
Le Nouveau Reporter

Transport : ASKY, zone de turbulences due au coronavirus

La crise sanitaire agit sur la compagnie aérienne panafricaine ASKY. Elle traverse présentement, des moments de troubles qui lui ont coûté des mea-culpa auprès de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD). Des demandes pour lesquelles elle n’a pas encore fait de retour.

Selon les informations de “Togo actualité”, la crise du Covid-19 a sévèrement ruiné les revenus de ASKY. Une situation dont à été également victime, l’ensemble de l’industrie aérienne mondiale. En réalité, tout a commencé entre le mois de mars et Août 2020. Ayant pour point marquant, les opérations d’affrètement pour l’ONU en Afrique de l’Ouest, mobilisant trois avions depuis Accra et des vols cargo pour acheminer du matériel de soutien Covid en Afrique de l’Ouest.

Sortie de cette opération, la compagnie s’est retrouvée à 27% de ses capacités en septembre et en octobre. D’après le dirigeant de la compagnie, ses activités ont connu une baisse de 48%, comparativement à celles de 2019. Ainsi, le transporteur basé à Lomé, tourne pour sa part, ses regards vers les pouvoirs publics ou des institutions financières de développement, pour de l’aide.

Dans ces pétrins, ASKY sollicite le soutien de ses actionnaires. Cependant, Le dossier est encore en cours de discussion auprès d’Ethiopian Airlines, Ecobank, la BOAD et la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC), qui détiennent chacune 18 % des actions de la compagnie, aux côtés d’investisseurs privés majoritairement africains. Selon les précisions du confrère.

Lire aussi : Au Togo, Louise Mushikiwabo s’entretient avec Faure Gnassingbé et rencontre deux femmes bénéficiaires du Fonds “la Francophonie Avec Elles”