27.1 C
Lomé
14 août 2022
Le Nouveau Reporter

Umaro Sissoco Embalo reconnu président de la Guinée-Bissau par la Cedeao

D’après l’AFP, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a annoncé jeudi reconnaître Umaro Sissoco Embalo comme président de Guinée-Bissau, après 04 mois de blocage post-électoral dans le petit pays ouest-africain abonné aux crises politiques. Le pays, qui a connu depuis son indépendance en 1974 une succession de coups d’Etat, de tentatives de coups de force et de gouvernements, est dans une impasse, et la communauté internationale, à commencer par les pays africains, se sont jusqu’alors divisés sur le parti à prendre.

L’adversaire de M. Embalo au second tour de la présidentielle du 29 décembre, Domingos Simoes Pereira, chef du parti historique et majoritaire au Parlement, n’a cessé de contester la victoire de celui-ci.

« Face à la persistance de ce blocage et après analyse approfondie de la situation politique du pays, les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao ont décidé de reconnaître la victoire de Monsieur Umaro Sissoco Embalo », dit, dans un communiqué publié jeudi, l’organisation régionale, médiatrice en Guinée-Bissau.

Le président de la conférence des chefs d’Etat de la Cedeao, le Nigérien Mahamadou Issoufou, a salué la présence parmi eux du président Umaro Sissoco Embalo lors d’une visio-conférence sur le covid-19 jeudi.

La Cedeao demande dans son communiqué à M. Embalo de nommer un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement « au plus tard le 22 mai 2020 ».

Embalo, ex-Premier ministre issu de l’opposition, a été déclaré vainqueur à plusieurs reprises par la Commission nationale électorale.

Il s’est autoproclamé président et s’est fait investir le 27 février. Il s’est ensuite installé au Palais présidentiel et a nommé un gouvernement, dirigé par son allié Nuno Gomes Nabiam, après avoir limogé le Premier ministre Aristides Gomes (PAIGC).

Il est passé outre à l’absence de décision définitive de la Cour suprême sur les recours introduits par M. Pereira, qui dénonce des fraudes lors du scrutin et demande un recomptage des bulletins.

Le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) de M. Pereira, qui domine la vie politique depuis 1974, a investi un président intérimaire, le président de l’Assemblée nationale Cipriano Cassama, mais celui-ci a renoncé, disant craindre pour sa sécurité.

L’actuelle Constitution passe pour favoriser les tensions entre les pouvoirs. La Cedeao exprime dans son communiqué « la nécessité d’engager immédiatement la réforme relative à une nouvelle Constitution qui sera soumise à un référendum dans six mois ».