24.1 C
Lomé
17 août 2022
Le Nouveau Reporter

Aimé Gogué se prononce sur les résultats du scrutin du 22 février

Au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle 2020 par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), plusieurs institutions, partis politiques et organisations non gouvernementales ne cessent de réagir. L’une des dernières réactions est celle du parti de l’Alliance des démocrates pour un développement intégral (Addi), présidé par le professeur Aimé Tchabouré Gogué. Invité sur une radio privée togolaise le dimanche 1er mars, l’homme politique est revenu sur la proclamation des résultats.

Les résultats de l’élection présidentielle du 22 février proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ne sont pas du goût des candidats de l’opposition. Ces résultats qui donnent Faure Gnassingbé vainqueur avec 72,36% sont contestés par ses adversaires dont Aimé Gogué. Reçu hier sur une radio privée, le président de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (Addi) a relevé les irrégularités qui ont émaillé le scrutin. Il a relevé que son représentant à la Ceni ainsi que celui du candidat Agbéyomé avaient été envoyés respectivement au Maroc et en RDC pour superviser le scrutin. Conséquence : ils n’avaient pas de représentants à la Ceni lors de la compilation et la proclamation des résultats.

Voir aussi : Election présidentielle : le NDH rend son rapport

Le professeur Aimé Gogué accuse également la Ceni de n’avoir pas disposé de la totalité des Procès-verbaux avant de procéder à la proclamation des résultats. « La Ceni doit proclamer les résultats provisoires en ayant les PV physiques. C’est lorsque mon délégué était à l’aéroport qu’on disait qu’on allait publier les résultats. Donc l’ambassadeur du Maroc qui est le président de la Commission électorale locale indépendante (Celi) là-bas n’a pas ramené les PV physiques avant que la Ceni ne proclame les résultats », a déploré Aimé Gogué. Pour lui, cela constitue une violation des règlements.

Les Togolais sont toujours dans l’attente pour la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle. Va-t-elle céder à la demande du professeur Gogué ainsi que les autres candidats ? L’avenir nous fixera.

Lire aussi : Présidentielle : les évêques du Togo notent un scrutin « relativement apaisé »