31 C
Lomé
18 janvier 2021
Le Nouveau Reporter

Convention CEDEAO sur les armes légères et petit calibre / « Le Togo ne ménagera aucun effort, aux côtés des autres Etats… », Col Yotrofeï Massina

Les points focaux nationaux sur la procédure d’exemption à la convention de la CEDEAO sur les armes légères et petit calibre, leurs munitions et autres matériels connexes, sont en atelier de formation ce mercredi 16 décembre et jeudi 17 décembre 2020 à Lomé.

« La situation sécuritaire dans le monde prend des proportions dangereuses avec des conflits internes et interétatiques, instabilité politique, criminalité transfrontalière, terrorisme. Il relève en outre, qu’à l’origine de ces faits dramatiques combinant les violations graves et massives des droits de l’homme, du droit international humanitaire, se trouvent en bonne place des armes légères et de petit calibre », a faite comprendre le Colonel Yotrofei Massina, directeur général de la gendarmerie nationale togolaise, représentant la ministre des Armées.

« Au vu de ce tableau peu luisant, il importe que la lutte contre la prolifération des armes, soit menée avec hargne tant au niveau juridique, législatif qu’opérationnel. L’organisation du présent atelier répond, me semble-t-il, à cet impératif », a-t-il indiqué au lemessager-actu.com.

Le représentant permanent de la CEDEAO au Togo, Salifou Ousseini, a fait remarquer que la Commission de la Cedeao prend la question de la paix et de la sécurité avec tout le sérieux qu’elle mérite. Avec plus de 10 années de mise en œuvre onvention de la CEDEAO a obtenu des résultats significatifs cette année.

Le Colonel Yotrofeï Massina a rappellé dans la foulée que le Togo ayant ratifiée cette convention, il se doit de l’appliquer dans toute sa plénitude.

« S’agissant de l’avenir de la convention sur les armes légères de petit calibre, nous pouvons vous assurer que le Togo ne ménagera aucun effort, aux côtés des autres Etats de la sous-région dans la prise en charge effective des préoccupations et défis liés à la prolifération, au trafic illicites des armes à feu et surtout à leur usage inapproprié contre les personnes et à institutions ou au service de la criminalité transnationale organisée », a indiqué Yotrofei Massina.

Lire aussi : L’IFDC et la BIDC s’engagent pour l’amélioration de la qualité des sols en Afrique de l’ouest