25.1 C
Lomé
9 août 2022
Le Nouveau Reporter

Dr Ekoué Folly Gadah est contre la démarche jusqu’au-boutiste et illégale d’Agbéyomé Kodjo

C’est connu de tous. La Ceni puis la Cour constitutionnelle, au lendemain du scrutin présidentiel, ont proclamé Faure Gnassingbé vainqueur (70,78% de voix) suivi du candidat Agbéyomé (19,46%). Un résultat que ce dernier continue de balayer du revers de la main, tentant, par tous les moyens existants, même illégaux, de jeter du discrédit sur ce qui a légalement été annoncé. Une stratégie politique certes, mais que ne soutient pas le conseiller de Gilchrist Olympio, Dr Ekoué Folly Gadah qui invite le sieur Agbéyomé à « s’inscrire dans la légalité ».

Dans une interview accordée à republicoftogo.com, l’universitaire a félicité « Faure Gnassingbé pour sa victoire ». Pour lui, « ces résultats reflètent les paradoxes de l’échiquier politique togolais et démontrent le niveau de conscience des populations ainsi que la maturité des acteurs impliqués dans le processus ».

Découvrir aussi : « Nous devons fermer la page des discussions politiques et ouvrir celle des concertations pour un développement soutenu » souhaite Dr Kodjovi Thon

« Pour ce qui est de l’avenir du Togo, d’aucuns disent que la lutte continue ; mais nous ne sommes plus dans une dynamique de lutte mais dans le cheminement pour la construction collective du pays » a-t-il nuancé avant de critiquer la démarche du candidat du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) qui s’est autoproclamé président de la République : « Nous ne soutenons pas cette démarche. Avec cette auto-proclamation, M. Kodjo est sorti du cadre légal et de ce fait, c’est une fissure dans l’image de l’homme médian que nous aurions voulu lui accorder. Il faut qu’il s’inscrive dans la légalité ».

Dialogue interpartis

Pour le conseiller de Gilchrist Olympio, président de l’Union des forces du changement (UFC), il ne fait aucun doute que seul le dialogue entre le gouvernement et les partis de l’opposition est la cheville ouvrière du développement national : « Le futur politique du Togo va se jouer sur ces deux (02) tendances, notamment entre le gouvernement et les oppositions qui intègrent le dialogue dans leurs actions. Autrement dit, l’avenir politique du pays va se jouer sur la capacité de compromis de l’opposition. La politique du tout ou rien ne nous mènera nulle part, nous l’avons toujours dit et nous continuons de le dire ».

Voir aussi : Présidentielle : même après les résultats définitifs, le mouvement « Tournons la page » ne veut pas tourner la page