29 C
Lomé
9 mars 2021
Le Nouveau Reporter

Inondations : le SNU se mobilise autour des sinistrés de Yoto, Bas-mono et Lacs

Le Système des Nations unies (SNU) au Togo vole au secours des populations sinistrées de Yoto, Bas-mono et Lacs. Des vivres et non vivres ont été réceptionnés ce lundi 03 février sur le site de l’Organisation internationale de la protection civile (OIPC) à Tsévié par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Damehame Yark pour le compte de l’Agence nationale de la protection civile (ANPC).

Les mois de septembre et octobre 2019 ont connu d’importantes pluies qui ont failli même faire céder le barrage hydroélectrique de Nangbéto. Les vannes ont donc été ouvertes pour éviter un drame. La vulnérabilité des populations riveraines des cours d’eau connexes s’est malheureusement accrue.

Lire aussi : Election présidentielle 2020 : l’encre indélébile est de bonne qualité

L’on a donc assisté à des inondations dans les préfectures de Yoto, Lacs et Bas-mono avec d’importants dégâts matériels et des pertes en vies humaines. Plus de 6 000 personnes étaient touchées. La réaction de l’autorité fut immédiate avec la prise en charge des sinistrés. Mais le SNU conduit par son coordonnateur-résident, Damien Mama, a procédé à une évaluation afin d’avoir une idée exacte du sinistre. Des mesures ont été prises par l’entremise de l’Organisation des Nations unies pour l’action humanitaire (OCHA) pour apporter une aide pratique à ces compatriotes.

Lire aussi : Togo : l’agriculture va tirer la croissance à 5,3% en 2020, selon la BAD

C’est ce qui justifie la cérémonie de dons de vivres et non vivres à l’Agence nationale de la protection civile (ANPC) pour le compte des sinistrés de Yoto, Lacs et Bas-mono. Selon le ministre Yark, le coût total de cette action conjointe du Pnud, de l’UNFPA, de l’Unicef, du Pam et de l’OCHA, s’élève à 148.528.400 de francs CFA.

L’autorité n’a pas manqué de remercier le SNU. Damien Mama de son côté a souhaité que l’on prenne des mesures pour prévenir ces drames à l’avenir et surtout que l’on puisse aider ces populations à reprendre rapidement leurs activités habituelles.