25.3 C
Lomé
23 juin 2021
Le Nouveau Reporter

Situation au Sahel : le projet de la Grande muraille verte demeure l’espoir des populations

La Grande muraille verte est une bande de plus de 7500 Km qui traverse l’Afrique, du Sénégal à Djibouti. Ce projet lancé dans les années 2000 prévoit de planter des arbres pour freiner l’avancée du désert, mais aussi les djihadistes dans toute la région du Sahel. Ce projet reste donc le grand espoir des populations de cette zone de l’Afrique.

Le projet est pharaonique et nécessite de grands investissements. Cela fait que pendant des années, il n’y pas eu tellement des avancées. Pendant ce temps, la désertification et l’insécurité grandissaient dans le Sahel. Lors du One planet summit 2021, organisé par la France en début d’année, des mesures ont été prises pour accélérer la mise en œuvre de ce projet.

« L’accélérateur de la Grande muraille verte que nous lançons aujourd’hui donnera l’impulsion nécessaire à la réalisation des objectifs de la Grande muraille verte sur la base des progrès réalisés jusque-là. Sa principale ambition sera de faciliter l’accès à l’ensemble des sources de financement aux partenaires et pays de la Grande muraille verte », a déclaré Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULD).

« La Grande muraille verte est une initiative africaine pour verdir le Sahel. C’est une chance pour l’écologie, la biodiversité, l’agriculture et les populations. Pour l’accélérer, nous, acteurs du One planet summit, nous engageons en mobilisant 14,3 milliards de dollars », avait annoncé le président français Emmanuel Macron.

Ces personnalités et d’autres qui sont impliquées dans la lutte contre les changements climatiques, la désertification et la sécheresse, ainsi que la perte de biodiversité, sont convaincues qu’il faut des actions concrètes. Jusqu’ici, ce n’est pas vraiment le cas. La grande muraille verte attend toujours…. Mais, jusqu’à quand ?

Cet article est rédigé en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques rendue possible grâce au soutien financier du gouvernement du Québec

Lire aussi : Perte de biodiversité : l’AJECC s’inscrit dans la dynamique de restauration