24.1 C
Lomé
12 août 2022
Le Nouveau Reporter

Brexit : par-delà le retrait du Royaume uni, les liens séculaires…

Josep Borrell et Michel Barnier sont deux Hauts responsables de l’Union européenne. Dans une tribune qu’ils cosignent, à l’occasion du Brexit, ils abordent la négociation de l’accord de sortie avec le Royaume uni, la période de transition et la continuité et les liens géographiques, culturels et les valeurs en partage.

« Le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne. Nous avons perdu un membre de notre famille. Ce fut un moment triste pour nous, pour les citoyens européens – et, de fait, pour de nombreux citoyens britanniques », s’émeuvent-ils.

Si le 1er février reste un jour historique, il n’en demeure pas moins vrai que c’est une date historique mais « sans drame », se consolent-ils. « C’est en grande partie grâce à l’accord de retrait que nous avons négocié avec le Royaume-Uni, qui nous a permis de garantir « un Brexit ordonné ». Cet accord – au moins pour l’instant – minimise les perturbations pour nos citoyens, nos entreprises, nos administrations publiques – ainsi que pour nos partenaires internationaux », rassurent les deux cadres de l’UE.

Lire aussi : Le géant 2 février a 40 ans : « l’hôtel doit être la locomotive de la relance du tourisme…»

Il n’y a pas d’inquiétude à se faire. « Dans le cadre de cet accord, l’UE et le Royaume-Uni ont convenu d’une période de transition, jusqu’à la fin de 2020 au moins, au cours de laquelle le Royaume-Uni continuera de participer à l’union douanière et au marché unique de l’UE, et d’appliquer le droit de l’UE, …Au cours de cette période, le Royaume-Uni continuera également à respecter les accords internationaux de l’UE», s’ébaudissent-ils.

Toutefois, ils précisent qu’ : « En quittant l’Union, le Royaume-Uni abandonne automatiquement, mécaniquement, légalement des centaines d’accords internationaux conclus par ou au nom de l’Union, au profit de ses États-membres, sur des sujets aussi différents que le commerce, l’aviation, la pêche ou la coopération nucléaire civile », ajoutent Josep Borrell et Michel Barnier.

Voir aussi : Tech : Digital African Tour 2020, rendez-vous en avril à Lomé

« Nous devons maintenant construire un nouveau partenariat entre l’UE et le Royaume-Uni. Ce travail commencera dans quelques semaines, dès que les UE27 auront approuvé le mandat de négociation proposé par la Commission européenne», annoncent-ils. Car, « L’UE et le Royaume-Uni sont liés par l’histoire, la géographie, la culture, des valeurs et des principes partagés et une forte croyance en un multilatéralisme fondé sur des règles. Notre futur partenariat reflétera ces liens et ces convictions communes », se rassurent-ils. Car de leurs points de vue « les défis mondiaux d’aujourd’hui – du changement climatique à la cybercriminalité, du terrorisme aux inégalités – exigent des réponses collectives. Plus le Royaume-Uni sera en mesure de travailler en étroite collaboration avec l’UE et avec des partenaires du monde entier, plus nous aurons de chances de relever efficacement ces défis. Au cœur du projet de l’UE se trouve l’idée que nous sommes plus forts ensemble ; que la mise en commun de nos ressources et de nos initiatives est le meilleur moyen d’atteindre des objectifs communs.

Légende de la photo : Michel Barnier à gauche, Josep Borrell à droite

Crédit photo : Togo Matin