27.1 C
Lomé
14 août 2022
Le Nouveau Reporter

Présidentielle au Togo : les observateurs accrédités du scrutin connus

Dans moins de 72 heures se tiendra l’élection présidentielle de 2020. Déjà, des observateurs arrivent à Lomé pour la supervision de cette présidentielle. Samedi prochain, Ils seront 280 observateurs électoraux internationaux à superviser le vote, vient d’annoncer Robert Dussey, le ministre togolais des affaires étrangères.

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a été et sera active sur tout le processus électoral. La délégation de la Cedeao, avec 79 observateurs, sera conduite par l’ancien président sierra-léonais, Ernest Bai Koroma.

Hery Rajaonarimanpianina, ancien président de Madagascar est arrivé à Lomé ce mardi dans le même contexte mais pour le compte de l’Union Africaine.

Lire aussi : Présidentielle 2020 : la communauté internationale est bien dans la barque

On annonce également des observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Il est à préciser qu’ils seront 2983 observateurs nationaux provenant de 19 organisations de la Société civile, de la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et de la Cour Constitutionnelle à être accrédités pour l’observation du scrutin du samedi prochain au Togo.

Concernant les observateurs nationaux, la Ceni a retiré l’accréditation à la Concertation nationale de la société civile du Togo (CNSC-Togo) et elle n’est plus autorisée à faire partie de la liste restreinte des observateurs de l’élection présidentielle 2020 au Togo.

Après lui avoir délivré l’accréditation n°0010/SC-CRP/CENI/OEL/2020 le 28 janvier dernier, « pour l’observation des différentes phases de l’élection présidentielle dont le premier tour est fixé au 22 février 2020 », l’institution est revenue dans un communiqué pour lui annoncer le retrait du précieux sésame.

Découvrir aussi : Présidentielle 2020 / Emissions télévisées : les principaux challengers ont brillé par leur absence

« Dans ce cadre cependant, nous avons l’honneur de porter à votre connaissance que par des informations qui nous sont parvenues, votre association est en train de s’apprêter à mener une activité d’ingérence dans le processus électoral à des fins ignorées ; ce qui est bien contraire à l’objectif pour lequel elle a été accréditée », justifie l’institution dans un communiqué.

L’accréditation pour l’observation avait été également refusée au Conseil épiscopal justice et paix (CEJP), une instance de l’Eglise Catholique…

L’Union européenne ne supervisera pas ce scrutin. Mais, l’Ambassade des États-Unis d’Amérique au Togo aura 46 observateurs ; l’Union Africaine 45 ; le groupe africain des Ambassadeurs, 20 et la Cend-Sad, 17.

Découvrir aussi : La Ceni réaffirme être fin prête pour le scrutin du 22 février